Naissance de l’Observatoire du Crédit et des Frais bancaires de l’UFC-Que Choisir

Le 16 janvier, l’UFC-Que Choisir a déclaré la fondation d’un Observatoire du Crédit et des Frais bancaires afin d’éviter la propagation d’abus dans le secteur des crédits et des tarifs bancaires. Les conséquences en cascade de la perte du triple A aboutissent sur les consommateurs qui vont être exposés à de plus forts risques de surfacturation.

Les banques sous la surveillance de l’UFC-Que Choisir

Craignant que les banques et organismes de crédit ne profitent de la situation de crise pour augmenter plus que nécessaire leurs tarifs et renchérissent abusivement le crédit, l’UFC-Que Choisir prend les devants et instaure son Observatoire du Crédit et des Frais bancaires.

Réagissant immédiatement à la dégradation de la note de la dette de la France, l’association de consommateurs a déclaré lundi 16 janvier mettre instantanément en place ce nouveau dispositif de surveillance des établissements financiers et a demandé au ministère de l’Economie de veiller à ce que la perte du triple A “ne se traduise pas par une surfacturation” auprès des clients.

Elle précise dans son communiqué que l’Observatoire s’attachera à surveiller “l’évolution des taux du marché au vu du coût de l’argent pour les banques et plus globalement leurs pratiques tarifaires suite à la perte du triple A”.

La raison d’être de cet observatoire puise directement dans les présomptions que nourrit l’association de défense des consommateurs à l’encontre des banques : “(…) au vu des récentes réformes qui ont touché le crédit à la consommation, il y a tout lieu de craindre que les établissements profitent de ce changement pour, au-delà de la seule répercussion liée à la perte du triple A, accroître encore davantage la hausse des taux d’intérêt”. Cependant, il est vrai que les banques et organismes de crédit forment le secteur de consommation premier touché par la perte du triple A.

Les banques mises en difficulté ou leurs clients ?

Décidément, l’activité bancaire est mise à rude épreuve ces derniers mois et la nouvelle de la dégradation de la note de la dette française est lourde de conséquences… bien comprises par l’association UFC-Que Choisir.

La perte du triple A, qui jette le discrédit sur la capacité de la France à rembourser ses dettes, renchérit les taux auxquels l’État emprunte sur les marchés financiers. Or ces taux servent à l’indexation de ceux auxquels les banques prêtent aux particuliers et aux entreprises.

De plus, les banques elles-mêmes ont besoin de se financer sur ces marchés et, dorénavant, cela leur coutera plus cher.
Enfin, l’Association de consommateurs relève à juste titre la répercussion négative sur la note de viabilité des banques et la note de leur garant : “la baisse de la note française va automatiquement dégrader les banques françaises sur les deux éléments clefs de leur évaluation financière.” Effectivement, leur capital comprend des fonds investis en dette souveraine qui se trouvent à présent dévalorisés.

Or, tout défaut de viabilité ouvre inévitablement une « crise de défiance » entre les établissements bancaires qui hésiteront maintenant à se prêter.

Si les banques éprouvent des difficultés à se financer, si le coût de leur financement se renchérit, nul doute que les taux d’emprunt vont grimper, affectant aussi bien les crédits aux entreprises que les crédits à la consommation et se soldant par la raréfaction du crédit s’il devient trop cher. Les frais bancaires eux-mêmes augmenteront pour compenser le surcoût du crédit immobilier qui doit rester un produit d’appel.

Dans un tel tourbillon inflationniste, les abus se masquent facilement et l’UFC-Que Choisir entend bien débusquer les excès.

D'autres news sur cette banque en ligne:


Comment créer une compagnie extra territoriale ?

  D’après la loi, une entreprise offshore est une société qui est implantée dans une juridiction qui optimise (Lire la suite…)

La prime de bienvenue Boursorama Banque toujours d’actualité

La banque qu’on a envie de recommander poursuit son programme de bienvenue sur le compte courant avec carte (Lire la suite…)

Un cadeau de 160 € sur le compte courant ING Direct et la domiciliation des revenus

ING Direct double sa prime de bienvenue sur le compte courant en récompensant par une nouvelle prime de (Lire la suite…)

Bienvenue chez Boursorama Banque avec EasyMove

Avec EasyMove de Boursorama banque, le transfert de son compte courant n’aura jamais été aussi simple. Service de (Lire la suite…)